On envoie du lourd

Aujourd’hui, c’est le premier dimanche de l’avent, mais aussi (du moins dans ma banlieue) la veille du jour où le froid, le vrai, arrive. Par conséquent, j’ai décidé de vous donner une recette pas, mais alors pas du tout, diététique.

La version originale, c’est ici.

Tarte aux pommes de terre et fromage 

Une bonne grosse tarte, pour tenir au corps les jours frisquets


Ingrédients
200g de farine blanche t65
50g de farine de sarrasin
100g de beurre demi-sel fondu
10cl d’eau chaude
1 càc de levure chimique
1 kg de pommes de terre (la quantité peut être adaptée en fonction de la taille de votre moule, et de votre envie d’avoir ou non une tarte bien bombée)
1 fromage de chèvre frais (type « petit Billy »)
3 oeufs
150g environ de tomme de brebis (à adapter également selon vos envies, le tout étant de prendre un fromage suffisamment solide pour être découpé en lamelles)
Sel, poivre, muscade en poudre

Étape 1
J’ai fait ça la veille, mais vous pouvez le faire le jour même
Dans un saladier, versez dans l’ordre les farines, la levure, le beurre et l’eau chaude. Mélangez pour obtenir une boule de pâte.
Étalez la pâte sur un papier sulfurisé, et placez la dans votre moule à tarte. Laissez reposer au réfrigérateur au minimum une demi-heure.
Lavez les pommes de terre, et faites les cuire à l’autocuiseur selon les indications qu’il vous donne. (une vingtaine de minutes pour mon Cookeo)

Étape 2
Coupez vos pommes de terre refroidies en tranches. (Vous pouvez garder la peau)
Dans un saladier, battez les trois oeufs en omelette, ajoutez le fromage de chèvre, et mélangez jusqu’à obtenir une préparation relativement homogène.
Salez, poivrez, et ajoutez de la muscade à votre goût.

Étape 3
Sortez votre moule à tarte du réfrigérateur et piquez le fond de tarte avec une fourchette.
Rangez les tranches de pommes de terre en rosace.
Versez la crème au chèvre dessus.
Découpez la tomme en lamelles, et disposez les sur la tarte.
Enfournez à 220º pour 35 minutes.

Pour accompagner cette petite bombe calorique, et réintroduire quelques légumes dans l’équation, vous pouvez faire cette soupe tout verte, inspirée de cette recette.

Soupe verte poivrons-mesclun 


Ingrédients
4 petits poivrons verts
2 carottes
3 pommes de terre moyennes
200g de mesclun
Sirop d’agave
Muscade et ail en poudre
Sel

Recette
Lavez les carottes et les pommes de terre, épluchez les et coupez les en morceaux.
Lavez les poivrons, retirez les pépins et les parties blanches, et coupez les en morceaux.
Lavez le mesclun, et déchirez les feuilles.
Mettez les légumes dans une casserole, ajoutez un litre d’eau.
Portez à ébullition, baissez le feu et laissez cuire entre vingt et trente minutes.
Mixez la soupe, ajoutez une pincée d’ail, une cuillère à café de sel, une demi cuillère à café de muscade, et deux à trois cuillères à soupe de sirop d’agave. (L’assaisonnement est à ajuster en fonction du goût de votre soupe, il sert essentiellement à contrebalancer l’amertume des poivrons.)

Publicités

Sugar overload

Depuis un mois, mon AMAP a décidé de se lancer, en plus des légumes, fromages, miel et autres oeufs et poulets, dans les livraisons de fruits. Comme toute bonne fan du bien manger, qu’ai-je donc fait? Je me suis lancée dans l’aventure, pardi!

Entre octobre et février, je serais donc l’heureuse réceptrice d’un panier pommes-poires mensuel de 6 kilos, et je me suis portée acquéreur d’une partie des 300 kilos d’agrumes commandés à un producteur espagnol bio.

Ce projet est bien beau, mais la réalité du quotidien est un peu différente de ce qui était inscrit sur le papier. Que faire, en effet, quand on est confronté à 2 kilos de poires qui refusent de mûrir, ou qu’on s’aperçoit que les 5 kilos d’orange auront du mal à cohabiter avec les 2,5 kilos de pamplemousses et de mandarines dans le bac à légumes?
À cela, je n’aurais qu’une réponse: de la confiture! C’est bon, c’est (relativement) facile à faire, et ça contient tellement de sucre que ça se conservera aisément quelques années.

Si tôt dit, si tôt fait, voici deux recettes testées ce matin même.

Confiture de poires aux épices
La recette de base, c’est ici.

Quatre jolis pots aux accents de Noël


Ingrédients
1 kg de poires pelées et épépinées (environ 1,5 kg de fruits entiers)
1 kg de sucre à confiture (avec de la pectine déjà dedans, c’est plus simple)
20 cl de jus de pomme
15 cl d’eau
Le jus d’1 citron
1 bâton de cannelle
1 étoile de badiane
1 càc d’épices à pain d’épices

Étape 1
Pelez les poires, retirez les trognons et les pépins.
Coupez les en petits morceaux.
Dans un saladier, placez les morceaux de poires, et arrosez les avec l’eau, le jus de pomme et le jus de citron.
Versez le sucre, et mélangez.
Filmez, et laissez macérer 12 h minimum.

Dés de poire prêts à macérer

Étape 2
Versez le contenu du saladier dans une sauteuse ou une bassine à confiture, ajoutez la cannelle, la badiane et les épices à pain d’épices.
Portez à ébullition, puis baisser le feu.
Laissez cuire une trentaine de minutes, en remuant régulièrement. La confiture est cuite quand une goutte versée sur une assiette froide fige rapidement. (Une petite parenthèse s’impose à ce stade de la recette: le temps de cuisson donné est uniquement indicatif; il peut varier en fonction de votre contenant, du degré de maturité de vos fruits, de vos plaques de cuisson. Pour être certain que votre confiture est suffisamment prise, faites confiance au test de l’assiette.)

Étape 3
Pendant que la confiture cuit, stérilisez vos pots et leurs couvercles : remplissez les d’eau bouillante, laissez les reposer quelques minutes, puis retournez les pour les faire égoutter.
Une fois que la confiture est cuite, versez la dans les pots. (pensez à retirer cannelle et badiane avant!)
Fermez hermétiquement les couvercles, et retournez les pots quelques minutes pour les pasteuriser.

Confiture d’oranges

La recette de base, c’est ici


Ingrédients
1 kg de chair d’orange (une dizaine de fruits)
1 kg de sucre à confiture
Le zeste d’1 orange.

Étape 1
Prélevez le zeste d’une orange, et versez le dans un saladier.
Pelez les oranges à vif (enlevez la peau avec un couteau, en coupant autour de la chair), retirez le plus possible de peau blanche et de membrane.
Versez la chair des oranges et le jus dans le saladier, et ajoutez le sucre.
Mélangez bien, filmez et laissez macérer au moins 12 h.

Morceaux d’orange avant macération

Étape 2
Versez le contenu du saladier dans une sauteuse ou une bassine à confiture.
Portez à ébullition, puis baissez le feu.
Laissez cuire une trentaine de minutes, en remuant régulièrement.

Étape 3
Pendant que la confiture cuit, stérilisez vos pots et leurs couvercles : remplissez les d’eau bouillante, laissez les reposer quelques minutes, puis retournez les pour les faire égoutter.
Une fois que la confiture est cuite, versez la dans les pots.
Fermez hermétiquement les couvercles, et retournez les pots quelques minutes pour les pasteuriser.

Je suis malade…

Aujourd’hui, donc, je vais vous la faire courte.

Normalement, à cette heure-ci, je devrais être avec mon amie M., à me préparer à un repas après le baptême de son fils. Mais ça, c’était sans compter le sympa petit virus/indigestion qui m’a sauté dessus ce matin au réveil. Et donc, journée pyjama, repos, tisane et soupe.

Dans mon malheur, j’ai de la chance, parce qu’avec l’hiver qui arrive, j’ai toujours une casserole de soupe qui traîne dans le réfrigérateur. Pourquoi?

  • parce que, déjà, la soupe maison c’est bien meilleur que la brique industrielle (ok, on fait une exception pour certaines soupes fraîches, type Marks and Spencer ou Covent Garden), on peut contrôler ce qu’on met dedans, notamment en termes de sel ou de matière grasse
  • parce que, ensuite, c’est léger,  donc ça permet de compenser les excès caractéristiques du temps qui rafraîchit (une petite raclette,  ça vous tente?)
  • parce que, enfin, ça peut être tour à tour, liquide, épais version mouliné, ou complet avec pleins de morceaux de bonnes choses (si cette dernière version vous tente,  cherchez une recette de Linzeneintopf, le bouillon allemand aux lentilles,  carottes,  pommes de terre et saucisses)

Pour vous donner envie, voici deux des recettes que j’ai essayées les semaines passées. Les versions originales, c’est ici et .

Soupe de tomates et carottes

Une jolie soupe orangée, qui m’a réconciliée avec la soupe de tomates

 

Ingrédients
500g de carottes
3 grosses tomates (les dernières de la saison à l’AMAP)
2 pommes de terre moyenne
1 bouillon de légumes (pour moi, une « marmite de bouillon », que je trouve plus aromatique qu’un cube lambda)
De l’eau

Recette
Épluchez et lavez les pommes de terre et les carottes, coupez les en morceaux moyens. (La taille des morceaux influence la texture de la soupe; plus vous coupez petit, plus vous aurez un résultat lisse)
Lavez et coupez les tomates, retirez le coeur.
Mettez les morceaux de légumes et le bouillon dans une casserole, mouillez d’eau à hauteur.
Portez la casserole à ébullition, puis baissez le feu et laissez cuire jusqu’à ce que les pommes de terre et les carottes soient tendres.
Sortez la casserole du feu, et mixez.

Soupe de carottes aux lentilles corail 

Attention, cette soupe épaissit si elle est conservée quelques jours, pensez à la diluer avant de servir

 

Ingrédients
500g de carottes
100g de lentilles corail
4g de cumin en poudre
1 bouillon de légumes
60cl d’eau

Recette
Épluchez, lavez et coupez les carottes en morceaux moyens.
Rincez les lentilles.
Mettez les légumes et les lentilles dans une casserole, mouillez avec l’eau, ajoutez le bouillon et le cumin.
Portez la casserole à ébullition, baissez le feu et laissez cuire 20 minutes.
Sortez la casserole du feu, et mixez.

Dans ma cuisine, ce week-end ça sent comme chez Ikea

Parce que je me suis lancée dans la réalisation d’un des must-have de la cuisine suédoise…les brioches roulées à la cannelle! (Vous alliez dire les pepparkaka, les petits gâteaux secs qu’on achète dès que le temps se met au froid, hein?)

Oula, allez-vous me dire, mais ça doit demander beaucoup de temps, ça! Et bien détrompez-vous, vous n’aurez qu’une quinzaine de minutes à trimer en cuisine, pour un résultat garanti 100% bon goût. Enfin, ceci est à supposer que, comme moi, vous disposez d’une machine à pain, un petit investissement électroménager qui a l’immense avantage de se charger des premières étapes de la recette, pétrissage et pousse. (Après, rassurez-vous, si vous avez un robot ménager, la recette marche aussi, sans beaucoup plus de travail.)

La recette originale, c’est ici. Pensez à la regarder pour l’étape 1, si vous n’avez pas de machine à pain.

Pour une dizaine de petites brioches

Ingrédients
240g de farine T65
70g de sucre blanc
60g de beurre demi-sel
70g de sucre roux
9cl de lait
1 oeuf entier et 1 jaune
3 càc de cannelle en poudre
1 càs d’eau
1 sachet de levure de boulanger instantanée (Attention sur ce point: vérifiez bien que ce que vous achetez est de la levure « instantanée », qui n’a pas besoin d’être réhydratée avant d’être utilisée, et non de la simple levure déshydratée)

Étape 1
Dans la cuve de la machine à pain, versez dans l’ordre le lait, l’oeuf entier battu, 30g de beurre coupé en petits morceaux, le sucre et la farine.
Faites un puits dans la farine, et ajoutez la levure.
Lancez le programme « pâte levée », et laissez faire. (chez moi, cette première étape dure environ 1h30)

Étape 2
Récupérez votre pâte à brioche après sa première levée, et étalez la en forme de rectangle, d’environ 30×40 cm.


Faites fondre les 30g de beurre restant.
Dans un petit saladier, mélangez le sucre roux et la cannelle.
Badigeonnez votre rectangle de pâte avec le beurre. (vous n’aurez sans doute pas besoin de tout, mais veillez à ce que toute la pâte soit recouverte.)
Saupoudrez avec le mélange sucre-cannelle, de manière à bien recouvrir la pâte.


Étape 3
Pliez la pâte en trois sur elle-même.

Pliage en trois: 1ère étape

Pliage en trois: 2ème étape

Faites la tourner d’un quart de tour, et étalez de nouveau en rectangle.
Découpez des bandes de pâte de largeur égale, et twistez chacune d’entre elles.

Découpez et twistez


Enroulez les torsades sur elles-même, de manière à former de petits escargots, en veillant à placer les extrémités sous l’escargot.

Enroulez

Étape 4
Posez les escargots sur une plaque à four recouverte de papier sulfurisé.
Faites les lever 1 heure dans le four réglé sur 30º chaleur tournante, en retournant la plaque à la moitié du temps prévu.

Les escargots ont bien levé

Étape 5
Mélangez le jaune d’oeuf avec la cuillère d’eau, et badigeonnez les escargots avec ce mélange.
Enfournez à 180º pour 12 minutes.